Goodwin, le patron de Buddies enragé par une tactique faisant perdre du temps

Le manager de St Mirren, Jim Goodwin, a révélé qu’il était frustré par la tactique consistant à faire perdre du temps à Hamilton lors d’un match nul et vierge à Simple Digital Arena.

Les accusés ont été réduits à 10 hommes après l’envoi de George Oakley au début de la seconde demie et ils semblaient satisfaits de gagner un point sur la route.

Cela a laissé Goodwin agacé, ses joueurs n'ayant pas réussi à démanteler une défense de Hamilton qui a épongé chaque balle dans la surface.

L’Irlandais a déclaré: «C’était aussi frustrant que l’après-midi. Hamilton est venu avec un plan de match pour nous frustrer évidemment et chaque fois que le ballon sortait du jeu, il fallait un âge pour revenir.

«Descendre à 10 hommes convenait probablement à Hamilton, car cela leur donnait d’autant plus de raisons de s’enfoncer de plus en plus profondément.

«Dès la première minute, Owain Fon Williams a mis une demi-minute pour récupérer le ballon. Peu importe qu’ils aient 10 ou 11 hommes, c’est ce qu’ils sont venus faire ici. Ils viennent de tuer l'élan du match.

«Du point de vue des fans, cela doit être très frustrant de voir un match et on ne peut tout simplement pas jouer le ballon. Si nous étions tous les deux prêts à jouer comme ça, ce ne serait pas un classique.

«Mais en tant qu'équipe, nous devons trouver un moyen de les décomposer. C’est une vague d’attaques, mais nous avons eu 15 tentatives, mais nous n’avons eu que deux tentatives. C’est le problème. »

Goodwin a admis que l'arbitre David Munro avait eu raison de ne pas imposer de pénalité à son équipe après la chute de Junior Morias au sol en première période.

Il a ajouté: «Je l’ai regardé en arrière. Il y a un rapprochement sur la ligne des 18 verges et cela déséquilibre Junior, mais je ne pense pas que ce soit une pénalité. "

Le patron de Hamilton, Brian Rice, était frustré par la décision d’envoyer Oakley commettre une faute sur Sean McLoughlin.

Il a déclaré: «Un garçon a été expulsé pour avoir sauté sur une personne sans malveillance ni intention. Je devrai appeler le superviseur de l’arbitre pour lui demander quelles sont les nouvelles règles.

"Cela ne sert à rien que je téléphone (au superviseur des arbitres de la SFA) John Fleming, ce serait une perte de temps."

Articles similaires :